[Film – Critique] De rouille et d’os de Jacques Audiard : âpre et sensible.

Le sixième film de Jacques Audiard, De rouille et d’os (2012), emmené par une Marion Cotillard sensible et grave et par un Matthias Schoenaerts physique et animal, prouve, s’il en était encore besoin, que le réalisateur français fait partie des meilleurs de sa génération et se place depuis ses débuts comme l’un des éléments moteurs … Lire la suite

  • Archives