[Film – Critique] De rouille et d’os de Jacques Audiard : âpre et sensible.

Le sixième film de Jacques Audiard, De rouille et d’os (2012), emmené par une Marion Cotillard sensible et grave et par un Matthias Schoenaerts physique et animal, prouve, s’il en était encore besoin, que le réalisateur français fait partie des meilleurs de sa génération et se place depuis ses débuts comme l’un des éléments moteurs … Lire la suite

[Film – Critique] Miss Bala de Gerardo Naranjo : Entre témoignage et exercice de style… Bancal.

Quand les lauriers et le glamour côtoient les cartels et la drogue… Miss Bala (présenté au Festival de Cannes en 2011, section Un Certain Regard) fait se côtoyer dans un jeu de miroir et de paradoxes l’univers lisse des Miss beauté à celui, impitoyable, des trafiquants de drogues, qui règnent sur le Mexique des années … Lire la suite

[Théâtre – Critique] Michel Fau : Récital emphatique

Michel Fau est une Diva. Elle ne sait pas chanter? Elle ne sait pas danser? Et pourquoi s’acharner à porter des robes échancrées quand on a ce corps là? Taisez-vous! Vous risqueriez de vexer la cantatrice et son ire pourrait aller jusqu’à annuler les dernières représentations. Et cela, il n’en est pas question. Le spectacle … Lire la suite

[Théâtre – Critique] On ne badine pas avec l’amour d’Alfred De Musset à la Comédie Française : Un pseudo moderne vaguement creux

La Comédie Française programme de nouveau, cette année, On ne badine pas avec l’amour, après un relatif succès l’an dernier. Mis en scène par Yves Beaunesne, l’œuvre d’Alfred De Musset  évolue sans grâce, le sublime texte de l’écrivain romantique rendu fade par une direction de comédiens trop attendue et par des partis pris scéniques douteux. … Lire la suite

[Danse – Critique] 1980 de Pina Bausch par le Tanztheater de Wuppertal – Harmonies et chaos

Derrière l’humour, la mélancolie. Derrière la grâce, la tristesse. Derrière la légèreté, la gravité. 1980, (7 ans après ses débuts), c’est une pièce charnière, une rupture. Pina Bausch se sépare cette année-là de son compagnon, qui le suivait à la scène comme à la ville. La répercussion dans son art est immédiate : 1980 sera … Lire la suite

[Film – Critique] Blanche-Neige (Mirror Mirror) de Tarsem Singh: coloré et sucré mais … fade

Oublions vite le conte initiatique, oedipien ou même moral : Blanche-Neige (Mirror Mirror) n’est ici qu’un simple divertissement sans aucune volonté de profondeur. Seuls importent les couleurs, les aventures, l’humour et les cabotinages de stars. Là où les frères Grimm, à travers leur conte pour enfants, proposaient une histoire lourde de sens, le réalisateur Tarsem … Lire la suite

[Film – Critique] Kick-Ass de Matthew Vaughn: Drôle et irrévérencieux, une adaptation réussie

Sorti en 2010, le Kick-Ass de Matthew Vaughn est l’adaptation du comic éponyme. Genre florissant et semble-t-il inépuisable de ces dernières années, le film de super-héros lasse parfois par ses ressorts dramatiques appuyés, son traitement à la testostérone exagéré ou sa morale bien-pensante souvent manichéenne. Ici, l’alternance entre second degré, tension, action, références, distance et … Lire la suite

[Théâtre – Critique] Hiroshima Mon Amour de Marguerite Duras, mise en scène de Christine Letailleur. Semi-réussite…

En 1959, Alain Resnais réalisait Hiroshima Mon Amour, véritable oeuvre d’art, fracassant objet poétique et humaniste, visuel et nécessaire qui marquera à jamais le septième art, comme auparavant son tout aussi formidable Nuit et brouillard (1955). Marguerite Duras écrit pour Resnais le scénario et les dialogues de cette histoire qui relate avec un mélange émouvant … Lire la suite

[Film – Critique] La Colère Des Titans de Jonathan Liebesman : Et on appelle cela un film…

Après Le choc des Titans (Louis Leterrier – 2010), qui déjà torturait et défigurait sans honte la mythologie grecque, les studios Warner (et Leterrier, cette fois-ci à la production) enfoncent le clou avec un nouvel opus, plus absurde et indigeste encore que le premier. La Colère des Titans (réalisé par Jonathan Liebesman), à grand renfort … Lire la suite

[Film – Critique] Bellflower d’Evan Glodell : Fatuité et esbroufe

Evan Glodell est un type talentueux et il le sait. Son Bellflower, à mi-chemin entre cinéma indépendant et fausse entreprise d’expérimental consensuel, est un salmigondis de faux road-movie, de film nihilistico-romantique et de violence viscérale plus ou moins trash. Le tout pompeusement enrubanné dans un assemblage protéiforme de démonstration hautaine de savoir-faire et de rodomontade … Lire la suite

[Film – Critique] Perfect Sense de David Mackenzie : une romance ennuyante sur fond d’apocalypse

Depuis toujours et dernièrement Contagion, Melancholia, Blindness, ou encore récemment Take Shelter ont abordé le thème de l’Apocalypse, ou d’une fin de notre modèle de société, plus ou moins frontalement. Perfect Sense, de David Mackenzie, en offre une nouvelle vision, plus sentimentale, moins anxiogène. A travers la rencontre de deux quidam, qui évolue du flirt … Lire la suite

[Danse – Critique] La Jeune Fille et la Mort de Thomas Lebrun : Eros et Thanatos entre arabesques et violons…

Oubliez le mythe de Perséphone et d’Hadès, auquel le quatuor de Franz Schubert fait référence, adaptant le poème de Matthias Claudius (1817) (après en avoir d’abord fait un magnifique lied). Gardez plutôt de ce mythe son essence symbolique: ici, c’est davantage vers Eros et Thanatos que la trame narrative de la chorégraphie se penche.  Thomas … Lire la suite

[Théâtre – critique] : Sunderland de Clément Koch, mise en scène de Stéphane Hillel. Dans la simplicité, la grâce…

Sunderland fait partie de ces petites pièces, sans prétention, aussi loin du formalisme intellectuel parfois rebutant du théâtre moderne que de la simplicité vulgairement outrancière des comédies de boulevard ou des pièces qui se veulent très populaires… Ces petites pièces dont la modestie n’a d’égal que le naturel de ses comédiens et la sincérité de … Lire la suite

[Musique – Concert] Le Chamber Orchestra of Europe, Bernard Haitink et les frères Capuçon: Triple concerto pour piano, violon et violoncelle et Symphonie N°6/Pastorale de Beethoven

Echapée champêtre et envolées bucoliques… Dans la grisaille de la fin de l’hiver, et le climat morose qu’une crise interminable prolonge sans cesse, écouter la Pastorale de Ludwig Von Beethoven n’a pas de prix! Et si, par miracle, c’est Bernard Haitink qui vous la propose, nulle hésitation ne vous est permise. La Salle Pleyel fait salle … Lire la suite

[Théâtre – Critique] La Dame de la Mer de Henrik Ibsen, mise en scène par Claude Baqué, avec Camille: Histoires de fantômes norvégiens

Ellida, que les habitants surnomme La Dame de la Mer, tant elle ne cesse de se baigner dans le fjord local, est mariée avec Wangel. Leur enfant est mort en bas âge il y a quelques années.  Elle vit confortablement avec son mari et ses deux grandes filles, Bolette et Hilde. Quand Lyngstrand, un ami … Lire la suite

[Film – Critique] Cheval de Guerre de Steven Spielberg : lourd et appuyé

Quelques mois à peine après la sortie du tout numérique Les Aventures de Tintin : le secret de la Licorne, Steven Spielberg, comme pour mieux prouver l’étendue de son savoir-faire remarquable, propose une fresque sensible aux contours épiques, quasi vierge de tout effet spécial, dans le plus pur esprit du cinéma classique. Le périple d’un … Lire la suite

[Ciritique – Film] Albert Nobbs de Rodrigo Garcia : Ultra irish Solitude

Il est des talents qui resteront à jamais sous-utilisés, alors même qu’ils sont unanimement reconnus. Glenn Close fait partie de ces incroyables acteurs qui souffrent de rarement trouver un film à leur mesure. En monstrueuse Cruella D’Enfer (Les  101 Dalmatiens de Stephen Herek, 1996 ), en mémorable Marquise de Merteuil (Les Liaisons Dangereuses de Stephen … Lire la suite

[Film – Critique] The Descendants d’Alexander Payne: Humanisme malhonnête ou émotion universelle?

Alexander Payne semble s’installer dans la lignée des réalisateurs humanistes optimistes, à l’instar de Franck Capra ou Roberto Benigni. Ses précédents films, Monsieur Schmidt et Sideways, s’orientaient déjà vers un altruisme revendiqué et le regard sur l’Homme, bienveillant et indulgent, que Payne y insérait, est une fois de plus mis en avant dans sa dernière … Lire la suite

  • Archives